Champion du monde de MMA. Le Camerounais a encore fait parler sa puissance lors de son 20ème combat qu’il a remporté à l’unanimité des juges face au Français Ciryl Gane pour conserver sa ceinture.

Ce 22 janvier 2022 était jour historique pour le MMA en Californie. Le monde entier avait pris rendez-vous avec l’Ultimate Fighting Championship (UFC) 270 où devait se dérouler un combat de défense du titre de champion du monde de MMA. Le Camerounais Francis Ngannou était opposé au Français Ciryl Gane dans la catégorie des poids lourds devant un public des grands jours. Détenteur de la ceinture de champion du monde et pas en accord avec l’UFC, Francis Ngannou avait été obligé de combattre avec cet adversaire à qui on a fabriqué une ceinture de champion du monde intérimaire. Engagé dans la catégorie depuis seulement quatre ans, le Français Ciryl Gane qu’on désigne comme un surdoué avait battu tous ses adversaires et comptait dix victoires dont quatre KO et Trois soumissions et aucune défaite. Une performance qui faisait de lui, selon cette fédération, un champion du monde intérimaire, avant que le Camerounais n’accepte de le combattre pour essayer de conserver sa ceinture.

En désaccord avec cette fédération pour des questions de primes, Francis avait refusé de prolonger son contrat et voyait sa ceinture menacée de retrait : « je ne combattrai plus pour 600000 dollars », avait-il lancé. Titillé par cette « offre » de ceinture intérimaire à un de ses anciens sparring-partners en France, le Camerounais a accepté de combattre. Préparé à faire durer le combat, Cyril Gane et son équipe étaient convaincus de vaincre le Camerounais avec des techniques de mises à distance de façon à ne pas prendre de KO et emmener le combat jusqu’à la fin des cinq rounds de cinq minutes : « Je sais qu’il va tenter de me mettre KO et achever le combat au deuxième round. Je vais user de mes possibilités pour l’emmener à se fatiguer dans un long combat. Je dois éviter la puissance de ses coups, et aller à plus de trois rounds pour gagner », a lancé Cyril Gane dans une interview. De bonne guerre avant le combat, puisque le Camerounais avait répondu : « je lui offrirai un KO au deuxième ». Des jours avant le combat, Francis Ngannou se blesse au genou et renonce à abandonner, mais travaille plutôt d’autres techniques qui, pour lui, devraient surprendre son adversaire et son ancienne équipe d’en face. Pour chacune de ses 16 victoires (12 KO et 4 soumissions), aucun combat de Francis Ngannou n’était arrivé au terme de son temps des cinq rounds.

A quelques jours du combat, le Camerounais a lâché : « je cuisine quelque chose avec lequel je vais surprendre les gens. Ils pensent qu’ils ont vu beaucoup de mes capacités, mais je vais montrer de nouvelles choses. Avoir de courts combats ne m’a jamais donné l’occasion de montrer ce dont je suis capable. Et je pense que cela pourrait être l’occasion et je me prépare pour cela le 22 janvier. Ce sera comme un combattant complètement différent, d’une meilleure façon ». Des propos confirmés lors de ce combat historique. Alors tenu à distance par Ciryl Gane par ses longues jambes et ses longs bras, Francis Ngannou a utilisé d’autres techniques du judo pour emmener au sol trois fois, les 120 kilos de son adversaire qui s’envolaient comme une feuille qui tombe de l’arbre. En plus des techniques d’autres combats et sa capacité à emmener au sol son adversaire, le natif de Batié au Cameroun a résisté pendant les 25 minutes de combat dans l’octogone pour une victoire à l’unanimité des juges. Face à la polyvalence de son adversaire Ciryl Gane, l’homme aux coups les plus lourds du monde a opposé une autre puissance de combat avec une résistance à nulle autre pareille chez les super-lourds. Francis Ngannou le Camerounais inflige à Ciryl Gane le Français, sa première défaite dans le MMA, conserve sa ceinture de champion du monde et déjoue tous les pronostics : « C’est un soulagement cette soirée. Aller au sol, c’était une possibilité. J’étais plus confiant sur ma lutte, je m’étais entraîné pour », a confié l’indiscutable champion du monde Francis Ngannou, quand son challenger Ciryl Gane n’a même pas attendu le résultat de l’arbitre en déclarant : « je suis désolé ». Désolé pour tous ceux qui avaient parié sur sa capacité à remporter le combat, après avoir terminé les cinq rounds. Désolé peut-être de n’avoir pas pu montrer la porte de sortie au Camerounais, lui qui a le vent en poupe maintenant pour une renégociation de contrat avec l’UFC.

David Eyenguè Nzima