Ligue 1. Le maigre public présent au stade annexe de Bépanda ce dimanche 9 mai 2021 a assisté à une mascarade de match digne des années d’obscurantisme, pourtant sous les caméras du direct.

Depuis son titre de champion du Cameroun, décrété en Mars 2020 après l’arrêt du championnat de la saison passée, PWD de Bamenda n’avait pas encore fait le déplacement de Douala, où l’attendaient de nombreux supporters. Depuis le début de ce championnat 2021, les Abakwa Boys n’avaient pas encore perdu de matches, et certains de leurs supporters sur place à Bamenda ont eu la chance de voir toutes les rencontres de l’équipe. De quoi motiver les autres supporters des régions du Littoral et du Sud-Ouest, qui espéraient rencontrer leurs idoles dans le stade annexe de Bépanda, pour la rencontre de la 10ème journée de Ligue 1 qui devait les opposer à une équipe de l’Union de Douala qui venait d’aligner quatre défaites d’affilées. De nombreux supporters en Bleu et Blanc ont d’abord essuyé l’échec à l’entrée, les restrictions Covid ayant prescrit un match à huis-clos. Surpris, comme nous le disent certains qui ont fait le déplacement depuis Bamenda : « nous sommes surpris qu’on nous dise que nous ne pouvons pas entrer, alors qu’à Bamenda, nous avons l’accès facile à tous nos matches. C’est dommage, nous étions venus enterrer cette équipe de l’Union qui fait beaucoup de bruits », nous a lancé Leonard Njikoum.

Quelques-uns de ces supporters, identifiables par leurs maillots spéciaux ont pu échapper à la vigilance du contrôle pour avoir accès aux gradins. Grande était leur surprise de constater que l’équipe a été remaniée à plus de la moitié, pour ce qui est du onze entrants. Un plan ourdi, selon certains supporters, qui a permis à l’Union Sportive de Douala de marquer deux buts en 22 minutes, alors que les mêmes joueurs venaient de passer 360 minutes de disette : « John Paul qui porte le brassard aujourd’hui, n’est même pas le deuxième capitaine en termes de hiérarchie. S’il est vrai que le capitaine titulaire est suspendu pour des cartons, où sont passés ceux qui le devancent dans l’ordre ? Comment comprendre qu’un gardien comme Haschou Kerrido qui sort de l’enterrement de sa maman avec plus d’une semaine sans entrainements peut être classé comme titulaire si ce n’est pas pour faire de la poudre aux yeux ? » Des interrogations qui dénotent de la colère des supporters du club, englués comme nous, dans un match entre amis présidents. Pascal Abunde le président de PWD, lui-même a parlé d’amitié avec Franck Happi, en grosse difficulté et dont le départ de la tête de l’Union de Douala est réclamé par les supporters. Sous les nombreuses caméras déployées par la télévision nationale pour le direct, Union Sportive de Douala et PWD de Bamenda ont présenté au monde, le match de la honte.

David Eyenguè