Après l’arrêt de sa carrière de footballeur et un bref passage à l’étranger pour des formations, l’ancien attaquant s’ouvre et fait une lecture de la Ligue 1

Qui est Joel Babanda ?

Joël Babanda est un footballeur Camerounais, maintes fois champion du Cameroun avec Coton Sport de Garoua Union de Douala, vainqueur de la Coupe du Cameroun avec Union de Douala. J’ai évolué dans plusieurs clubs : Asmy 1er, Racing de Bafoussam, Coton Sport, Union de Douala, New Star de Douala, Feutcheu de Djiko Badjoun sur la fin. Ancien international Camerounais A qui a eu le privilège de jouer chez les A’, les militaires et la grande équipe des A. J’aspire désormais à autre chose, disponible, je suis curieux à emmagasiner d’autres connaissances.

 

On sait que vous trainiez une casquette d’intellectuel au moment où vous étiez en activité sur les stades. Vous allez retourner aux amphis comme vous le souhaitiez?

Oui, j’ai toujours pensé que lorsque ma carrière de footballeur arrivera à son terme, ne vais retourner à l’école. Une autre partie de ma vie que j’avais interrompu. Je vais reprendre des études. Celles-ci m’ont beaucoup servi dans ma carrière de footballeur, dans ma façon d’aborder le foot. Il est question pour moi d’effectuer la jointure, et j’espère y arriver. Je vais m’inscrire pour une thèse en mathématiques. C’était éprouvant de faire les deux, maintenant je vais consacrer plus de temps aux études.

 

Bon gré mal gré, le foot a repris dans les stades après plusieurs mois d’atermoiements. Ça fait plaisir de revivre le foot ?

 

Ça fait énormément plaisir de revoir les acteurs reprendre la route des stades. En dépit de tout, il y a un plaisir incroyable de jouer, malgré les obstacles, malgré les barrières, il faut trouver le moyen de jouer.

 

Rendu à la 7eme journée, quelle lecture faites-vous de l’organisation en sous-poules des championnats d’élite ?

 

Je crois qu’on a déjà eu à expérimenter cette formule de championnat en poules, je crois dans les années 2004 ou 2005. Ça avait donné ce que ça donné. J’ai été le premier piqué de revoir que la fédération veuille revenir à un format qui avait été préalablement utilisé. S’il avait été abandonné, cela sous-entend qu’il y avait des raisons pour l’abandonner. J’étais l’un de ceux qui étaient étonnés, mais comme je dis, seul le foot doit gagner. J’observe avec beaucoup d’attention.

Le contraste c’est que, au moment où les infrastructures semblent être de mise où alors à niveau pour que la qualité du spectacle soit au rendez-vous, on note quand même que ce n’est pas toujours le cas. Je ne sais pas pourquoi. Je trouve aussi que de plus en plus, nos effectifs en élite sont de plus en plus jeunes. Est-ce que ce manque de maturité des acteurs à lui seul suffit à expliquer la qualité du spectacle, je ne pense pas. Il y a le retour des clubs mythiques dont j’observe les prestations, je trouve qu’il y a encore pas mal de choses à faire.

 

On est supporter à vie, quand on est passé à l’Union de Douala. Une lecture sur le début de saison des Nassaras?

 

Je confirme que je suis supporter à vie de l’Union de Douala, je le suis et je le reste. Connaissant les méthodes de travail du staff actuel, l’intersaison qui a perduré a été une gêne, pas du tout des moindres, qui tend un peu à expliquer un début cahin-caha de l’équipe. Je souhaite que les résultats soient très vite au rendez-vous, parce que je sais d’expérience que quand les résultats sont présents, il y a un effet contagieux sur les supporters, les membres qui se mobilisent. Malgré la lourde défaite lors du dernier match, j’espère un enchaînement de bons résultats pour finir parmi les quatre premiers pour les play-off.

En votre qualité d’ancien joueur de Coton Sport, la bonne lancée dans laquelle ils sont aujourd’hui vous fait certainement plaisir non ?

 

Les prestations de Coton Sport ne peuvent laisser personne indifférent. Ces prestations rehaussent indéniablement l’image du football Camerounais qui, soyons honnêtes, ne s’est pas fait qu’une bonne pub ces derniers temps. On en a plus parler en termes de faits divers qu’en termes de bonnes prestations. Je pense que Coton se démarque un peu de par ses résultats. Très peu de personnes auraient misé deux pièces sur Coton. Connaissant cette compétition pour l’avoir jouée avec ce club, nous sommes au mois d’avril et je connais le climat qu’il fait à Garoua en ce moment. Il y a un coup à jouer et je pense que Coton est en train de jouer ce coup-là. L’équipe doit profiter pour se qualifier dès ce mercredi.

Propos recueillis par David Eyenguè