Esaïe Ngalle Nemangou, ancien président de DAC 2000

A cette époque-là, Coton est leader du championnat, et la somme de nos points est largement supérieure à celle de Union et Bamboutos. Nous sommes d’abord informés 48 heures plus tôt que nous allons plutôt jouer le samedi. Ce que je refuse directement. Je le fais savoir à Madame Thérèse Pauline  Manguélé, alors secrétaire générale de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC). Malgré nos plaintes (le président de Coton et moi), malgré même la probabilité qui pouvait nous arranger de jouer le même jour en lever de rideau, les dirigeants de la LFPC ont refusé. Il faut noter que Franck Happi était vice-président de la Ligue, et son appétit pour la recette du match face à Bamboutos l’avait totalement aveuglé. Nous avons passé beaucoup de temps sans s’adresser la parole à cause de ce match, même si nous sommes devenus très amis. J’ai décidé de tourner la page aujourd’hui, mais ce match m’a fait sortir du football. Ils nous ont fait perdre le match par forfait, incroyablement les deux équipes ont été déclarées forfaits pour le même match, puis, on nous a enlevé trois points dans notre classement. Si cela n’a pas empêché à Coton Sport de Garoua d’être champion du Cameroun, nous, en avons pris un grand coup : nous sommes descendus en division inférieure, et j’ai abandonné mon équipe et suis progressivement sorti du football ».